MATA ZANKAI NIGER
matazankai-niger.org
LETTRE DE ALBERT LAGIER
Vign_albert_site

Octobre 2017

Bonjour à toutes, tous,

2016 avait été une année " tiède", pour nous : projets de constructions réalisés pour l’école, mais annulation du voyage en octobre : le deuxième participant n’avait pu partir, faute de remplaçant professionnel… Comme une résolution votée en AG nous interdit de partir seul (Insécurité/Sahel), ma possibilité de voyage s’est alors dissoute dans le règlement. Report de la mission. Ce retard a, du moins, permis l’achèvement complet des travaux : construction de 2 classes en dur, et arrivée d’eau dans la cour de cette école de Ganki-Bassarou, près de Say et du fleuve, à 80 km de Niamey, vers le sud, en brousse, peuplée de paysans et de pêcheurs.

L’inauguration s’est faite à l’africaine, avec discours, chants, danses et poésies. Vous pouvez le voir sous cette lettre : tissus vifs, belles couleurs, sable, enfants au regards étonnés. Beaucoup de monde, élèves, parents, villageois, mais aussi une administration de gens de poids : préfet, chefs coutumiers, inspecteurs scolaires… Nous avons fait, aussi, de beaux discours, et avons été applaudis… Ça fait bientôt huit ans que nous venons ici, et connaissons beaucoup de monde. L’armée qui nous accompagne, (obligatoire pour tout déplacement hors Niamey) se faisait discrète, avec ses huit hommes armés, en gilet par balles et son auto mitrailleuse.

Cette école a retrouvé la totalité de ses classes en dur, et des toilettes pour les 418 élèves ! C’était un projet attendu depuis quatre ans par nos amis du village. Nous étions convaincus de sa nécessité. Nous avions fait plusieurs devis "serrés". Les parents s’engageaient à creuser la tranchée pour amener l’eau. Il ne manquait que le financement de 10.000 € ! Nous l’avons trouvé, c’est en partie grâce à vous. 

Aujourd’hui, les habitants de Ganki ont une autre ambition. Créer une cantine gratuite pour les élèves, à midi ! Certains font plus de cinq kilomètres pour venir en classe, et quand la saison est pauvre (on appelle ça "l’insécurité alimentaire”…) on voit les enfants maigrir.

Nous demandons au village de chiffrer les besoins : les instituteurs ont compté que 177 élèves par jour, seront concernés par ces repas.

Il faudra acheter le matériel (grandes marmites, bols, bidons), payer la nourriture (pâtes, riz, conserves..) le bois pour le feu, et l’acheminer tous les trois mois. …etc. Avec pour but : faciliter la présence des enfants à l’école, et garantir une alimentation de base.

On a vu d’autres ONG traiter ce problème.  A Niamey, nous avons repris contact avec elles.  Leurs résultats : plus d’enfants à l’école, et surtout les plus pauvres. Banco !  Il faut y aller.

Discussions au retour en France avec les membres de l’ONG. On financera ! Il nous faut trouver l’argent : 3000 € par an, environ. Bibata notre présence permanente à Niamey, supervisera sur place l’organisation : locaux, outils de cuisine, etc.…Elle sera notre conscience vigilante, selon son habitude. Ils n’ont pas fini de la voir au village ! C’est sûr.

Alors, chers amis, on a besoin de vous ! 3000 € ce n’est pas énorme, pour 177 élèves, pour un an !

 Adressez-nous vos dons : ONG Mata Zankaï Niger 160 Chemin bas des terres de Rouvière 30000 Nîmes. Un reçu de défiscalisation (66 %) vous sera adressé.

On peut compter sur vous ?

Merci.          Albert Lagier.

 
Inauguration de l'école de Ganki bassarou Février 2017
février 2017
vign3_inaugGB_enfants
classe neuve
vign3_ecole_gb_2017
confort et hygiène
vign3_latrines_gb_nouv
tout le village assiste
vign3_inaugGB13

vign3_inaugGBvillageois
programme de l'inauguration
vign3_inaugGB25
discours
vign3_inaugGBdiscours
témoignage de satisfaction
vign3_temoignage_de_sat

vign3_inaugGB28

vign3_inaugGB57
Janvier 2017 Ganki Bassarou, travaux en cours !
avant les travaux
vign3_latrines_2
état de l'une des classes
vign3_classe_2_1

vign3_classe_2_2
pendant les travaux
vign3_chantier_8GB
janvier 2017
vign3_chantier_1GB
entreprise de Mr Sidikou
vign3_chantier_7GB
une classe rénovée
vign3_chantier_6_GB
des latrines refaites
vign3_latrines_gb
un plafond neuf
vign3_chantier_3_GB_1_
diaporama suivant :l'inauguration
vign3_chantier_11GB
ECOLE DE GANKI BASSAROU : Projet 2016, Réalisation 2017 ?
Vign_DSCN4062

 Réhabilitation de 2 classes pour les enfants, des toilettes pour tous

Cette année notre projet porte sur l’école du village de Ganki Bassarou où le nombre d’élèves s’est considérablement accru passant de 218 à 396.Nous intervenons dans ce village depuis plusieurs années au dispensaire, à l’école primaire, au jardin d’enfants en collaboration étroite avec les habitants, les enseignants, le personnel de santé.

Ce projet a pour but d’améliorer les conditions d’accueil et d’études des élèves scolarisées.

Nous avons déjà réalisé :

-  L’installation de l’électricité dans les classes.

-  L’adduction d’un point d’eau dans la cour, en cours de réalisation (avec la participation des habitants qui se chargent du creusement des tranchées)

Lors de notre passage en octobre 2015, les enseignants ont renouvelé leurs demandes de constructions et aménagements de l’école, aucuns travaux n’ayant étaient entrepris par l’éducation nationale malgré l’augmentation des effectifs.    

   Il s’agit de :

-   La réfection de 2 classes  (1 plafond à réhabiliter, 1 classe à reconstruire)

-   La construction de latrines : 1 bloc de 4 latrines pour les élèves,1 bloc pour les enseignants.

De retour en France le projet est finalisé.La réalisation de ces travaux représente un coût de 11000 €. Ils seront réalisés par Mr Sidikou Boubacar (entrepreneur qui a déjà effectué à Ganki le bâtiment de 8 lits du centre de santé). Ainsi que la clôture de l’école de Dan Gao à Niamey.

La réalisation de ce projet dépend des moyens financiers que nous recevons de nos donateurs.

Une équipe se rendra sur place début 2017 pour veiller au déroulement des travaux.

Bibata Laya Boubacar, notre représentante Nigérienne nous informera régulièrement des étapes du projet.

Autre action à prévoir : 

        L’achat de bancs et bureaux. En effet les enfants sont à 5 par table et 67 élèves sont au sol sur des nattes. C’est aussi une urgence.

Nous espérons qu’en 2017 les enfants pourront étudier dans des conditions normales. 

BONNE ARRIVÉE LES BLANCS !
Vign_DSCN3331

La phrase claque comme une évidence de politesse. On est blancs, c'est sûr. Ils sont contents de nous voir et ils nous le disent. Que ce soit sur les marchés des villes, sur les sentiers des villages, ou répété en chœur par les enfants des écoles au garde à vous devant leur pupitre, les blancs sont toujours salués ainsi.Oui, mais aujourd'hui, il n'est plus possible de se rendre dans les villages aussi simplement, de dormir sous une moustiquaire au bord du fleuve, de débattre des projets des villageois dans des palabres qui n'en finissent pas.Aujourd'hui c'est : Hôtel "sécurisé "à Niamey, pas de sortie de nuit dans la ville, et escorte armée pour se rendre à Say, Ganki ou Mouléré à moins de 100 Km de la capitale.On a encore en mémoire, ces longues après midi de discussion avant que ne s'impose le bon choix : sous un arbre, là où la température et le vent nous le permettent, assis en rond,  avec les villageois qui nous font face, le chef du village bien sûr, mais aussi les vieux, le maître d'école, et quelques curieux qui n'ont rien à faire ici, mais qui passaient par là…. On discutait ce jour là, avec l'infirmier du dispensaire : Comment faire pour transporter les malades jusqu'ici ? Des hameaux perdus, pas de route, pas d'argent, que faire ? Les blancs pensent "ambulance", un vieux entend "ambulâne". Ce sera la solution ! On fournira la charrette, et eux les ânes. On vient de créer le samu. Le reste de la soirée se passe à savoir qui nourrira les bêtes, ou sera garée la charrette, et d'autres utilités.

Un village plus loin, Goudrio, les blancs desséchés halètent autour du puits, et cherchent vainement un coin d'ombre. Les villageois ignorent la chaleur, car il faut résoudre le problème. La discussion est serrée. Ils sont d'accord pour désensabler le puits: ils descendront avec des cordes. Mais il faudra faire une margelle tout autour. C'est ça le problème. Quelle hauteur la margelle ? Tous donnent leur avis. Il faut tenir compte de la force du vent, des ruissellements de la pluie. Combien de parpaings en banco ? Qui paiera le maçon ? Ici aussi les discussions prolongent la soirée. Et les applaudissements fusent quand on décide : eux désensableront, feront les bancos, nous on paiera le maçon.

Aujourd'hui, insécurité,  certes. Mais qui prendra la suite ? Déjà Niamey se vide de ses ONG.Et les projets ? A Ganki, les malades par temps d'affluence en période de palud, étaient perfusés sous l'arbre pendant les pluies. 10.500 € collectés par nous, et construction d'une salle d'hospitalisation de 8 lits : Un an de palabres, ministère de la santé, autorités du district, mise en concurrence des entrepreneurs, etc… Et Bibata, notre collaboratrice Nigérienne, qui talonne (comme elle sait le faire) les équipes, et ouverture- inauguration au printemps 2014.

Non, il n'est pas possible de déserter ce pays.Et puis, les médicaments qu'on envoie ? Une tonne et demie conditionnée en cantines pédiatriques et adultes : 23 cantines à répartir dans 1 hôpital et deux dispensaires.Et l'ambulance médicalisée : on en est à la troisième…une aubaine pour les pompiers.Il faut continuer. C'est sûr. Il faudra se soumettre aux consignes fermes de l'ambassade: Liens téléphoniques avec le consulat à Niamey. Equipe réduite à 2 ou 3 par mission.  Vol sur Air France avec arrivée de jour… Finis nos campements sur le fleuve. A Niamey, ce sera le "grand hôtel" avec portique électronique et militaires à l'entrée.On ira bien à Say, Ganki, Mouléré, mais un jour seulement, et accompagné d'une escorte de 8 militaires et auto mitrailleuse. Ça amuse les enfants dans les villages, ces Rambo suréquipés qui furètent de leurs yeux dans les arbres, nous accompagnent partout, même aux toilettes (en brousse) et ne peuvent s'empêcher de faire les beaux devant les jeunes infirmières dans les dispensaires.On y est retourné en mars 2014. Bibata avait bien préparé notre séjour, organisé les rencontres, annoncé notre arrivée dans les villages. Résultat : 1 unité d'hospitalisation construite.Si les sommes mises aujourd'hui pour déloger les terroristes du nord Mali avaient été investies pour le développement des populations, si les richesses n'étaient pas pillées par les multinationales et profitaient aupays, l'Aqmi et autres fous de dieu auraient certainement moins de prise sur les populations.

On y repartira en février 2015.

Voilà, les Nigériens  peuvent compter sur nous. Et nous, on compte sur vous.

N'hésitez pas à verser amplement de l'argent pour Mata Zankaï Niger.








 

Dr Albert Lagier.

Construction de la salle de mise en observation au centre de santé de Ganki 2014
Chantier débute à Ganki Bassarou
vign_DSCN3091

Le Centre de Santé Intégré (CSI) de Ganki-Bassarou assure les soins de proximité et de première urgence ainsi que les missions de prévention et d’éducation à la santé pour une population de 15 000 habitants. C’est un CSI de type 1, auquel sont rattachés les cases de santé des villages de Finaré, Goudrio et Mouleré. 

Réunion de chantier
vign_DSCN3105
Malgré une activité croissante, il n’existait  pas de salle de mise en observation. Les malades devaient être surveillés et perfusés sous une paillotte et, régulièrement, surtout en période de paludisme, sous les arbres de la cour. Il s’agissait d’une priorité essentielle dans les besoins de mise à niveau du CSI.
Dès la visite initiale, la création d’une salle de mise en observation s’est imposée comme une nécessité indispensable.
 

vign_DSCN3090
 
But du projet :
 
Le projet présentait la construction d’un bloc de 2 salles d’observation au CSI de Ganki permettant d’installer 8 lits.
 
deux salles séparées par un couloir
vign_chantier_1
Objectifs quantitatifs :
 
. Le bâtiment a ete construit face à la salle de consultation. Il s’agit d’un bloc de deux salles avec 4 lits pour les femmes et 4 lits pour les hommes qui offre la capacité indispensable pour assurer les soins compte tenu de l’activité du CSI. Le projet prévoit également l’équipement intérieur : lits, tables, pied de perfusion et matériels divers nécessaires à son fonctionnement. Un container pourrait être acheminé des cet été depuis la France
 
la salle de mise en observation
vign_DSCN3113
Objectifs qualitatifs :
Le projet a pour objectif d’améliorer les conditions d’accueil, de prise en charge et de soins de la population de Ganki et des villages environnants. Les personnes devant être gardéées en observation pourront l’être dans des conditions d’hygiène favorables et les soins (perfusions, surveillance) réalisées dans de meilleures conditions par l’équipe soignante. Un accueil et une prise en charge satisfaisante doivent également permettre une plus forte attraction pour la population, avec une meilleure compliance et adhésion aux soins et ainsi une incidence directe sur la morbidité et la mortalité. 
 
rampes d'accès
vign_DSCN3114
REALISATION DU PROJET
 
La préparation  de ce projet s'est effectuée sur le terrain de juin 2011 à octobre 2012 avec les responsables locaux : le médecin chef du district et de l’hôpital de Say et le gestionnaire responsable, l’équipe infirmière du CSI, le président du COGES et les représentants du village ainsi que les entreprises sollicitées.   
 
 
 
 
vue de côté
vign_DSCN3125
 
Les travaux exécutés ont été mis en œuvre par des entreprises de construction nigériennes  et ont duré quatre mois.
Les devis descriptifs ont ete fournis par la direction départementale du génie rural. Deux devis comparatifs ont ainsi été établis par des entrepreneurs nigériens.
 
le néon pour éclairer l'extérieur
vign_DSCN3139 C ‘est la collaboration des personnes volontaires et compétentes sur le terrain et dans les administrations ,de l’accueil des habitants de Ganki , d’une équipe de maçons séreux et diligents que les délais ont été tenus pour une réalisation d’un bâtiment moderne et confortable 
une jolie réalisation
vign_DSCN3127 Bien sur  ceci s’est fait grâce à la générosité des donateurs .Que tous ceux qui ont participé d’une façon ou d’une autre   soient remerciés .
Novembre 2015 déchargement d'un container à Niamey
Le container déchargé à Niamey
vign3_DSCN3699

vign3_DSCN3711

vign3_DSCN3710

vign3_DSCF0121

vign3_DSCN3636
Mur de clôture de l'école de DAN GAO
Vign_Sans_titre

L’école primaire du quartier de Dan Gao est située au sein d’un des quartiers les plus pauvres de Niamey, en périphérie de la ville sur un terrain non clôturé . Le nombre d’élèves est passé de 377 en 2008 à 511 en 2011 pour seulement 3 classes en matériaux définitifs et 4 classes " paillottes). L’école n’est pas clôturée, en plein cœur du quartier elle était traversée par les engins motorisés et les troupeaux rendant dangereuse la récréation des enfants. .Un mur de clôture était indispensable pour garder le caractère circonscrit de la cour d’école,. Et c ‘est ce que nous demandaient depuis longtemps le directeur de l’école Mr Kouli et les parents d ‘élèves.

Le ministère de l’Education Nationale a lancé un vaste projet de constructions de classes L’école de Dan Gao a été classée prioritaire et déjà trois classes ont été construites par le ministère. Le Programme Décennal de Développement de l’Education National (PDDE) prévoyait également la clôture de tous les établissements scolaires. Du fait de la situation économique et géopolitique, l’état nigérien ne pouvait assurer cette partie du programme .L ‘ONG Mata Zankaï Niger s ‘est portée volontaire et avec l ‘aide de la Fondation Air France a organisé le projet.
Aujourd’hui, fin novembre 2012,le chantier « construction du mur de clôture de l ‘école de DAN GAO » est en voie d ‘achèvement. En voici quelques images.
des projets de 2012 aux réalisations de 2013
Vign_hangar-3818
L’ONG MATA ZANKAÏ-Niger, malgré les difficultés rencontrées, poursuit son aide humanitaire.

Comme chaque année, en 2013, l’ONG devait se rendre pour deux missions au Niger et poursuivre ses projets.
Au mois de Février, la mission de l’ONG MATA ZANKAÏ-NIGER  prévue pour accompagner et distribuer la tonne et demi de médicaments, don de l’association TULIPE a été annulée pour raison d’insécurité, sur les recommandations de l’Ambassade de France à Niamey.
Par contre, les médicaments ont été acheminés par fret aérien Air France et distribués à l’Hôpital du District de Say, Ganki et Mouléré par l’intermédiaire de notre représentante, Madame Bibata Laya Boubacar, et le médecin responsable du District de Say. 
En 2012, l’ONG avait envoyé une ambulance, don des Sapeurs Pompiers du département de la Lozère, pour le Groupement National des Sapeurs Pompiers de la République du Niger, et un container de 75 m3 de matériel médical destiné en grande partie à l’Hôpital National de Niamey, hôpital de la Protection Civile. Cette ambulance désormais, dessert les populations de la ville de Birnin Koni.

Ce partenariat a bien fonctionné et l’opération réitérée en 2013.

L’ONG MATA ZANKAÏ-Niger a envoyé une nouvelle ambulance pour les Sapeurs Pompiers, du matériel incendie, et 25 m3 de matériel médical, lits hospitaliers, respirateur, matériel para médical rassemblés en France, pour l’Hôpital National de Niamey, par l’intermédiaire de l Ambassade de France et le Ministère des Affaires Etrangères qui s’est occupé de la Logistique pour le compte du Ministère de l’Intérieur de la République du Niger et la Protection Civile Nigérienne et son Conseiller Technique, le Capitaine PICHON.
Le Colonel BAKO a destiné cette ambulance à la ville de TILLABERI, qui manquait cruellement de ce type de matériel.
L’ONG MATA ZANKAÏ-Niger se réjouit que tous ces acteurs et partenaires se fédèrent dans une action commune pour l’aide au développement  du Niger et notamment la protection des populations, l’aide médicale et sanitaire du pays. 


Fort de cette réussite, l’ONG continue son travail de récupération de matériel médical et para médical pour un prochain container. 


De surcroit, dès le mois de novembre, l’ONG initie la construction d’une salle de mise en observation, pour la ville de GANKI-BASSAROU, dans le district de SAY, deux salles de 4 lits et sanitaires, et, dans ce même village, la restauration d’une salle de classe et la construction d’un mur de clôture. (2012avait été l’année de l’électrification de l’école et  de la restauration de tous les bancs).
Toutes ces actions sont possibles par la conjugaison du travail de chaque partenaire et des relations privilégiées tissées entre eux.
Nous devons tous collaborer et contribuer à l’aide au Niger et aux  Nigériens.
Dr Jean-Marc MARECHAL
Médecin Commandant des Sapeurs-Pompiers de la Lozère
Président de l'ONG MATA ZANKAÏ-NIGER


 
Vign_mur3
 
Vign_mur
2013 La nouvelle équipe enseignante de DAN GAO
Vign_CIMG8713

Bonne humeur à l'école

vign1_DSCN0021

l'equipe enseignante

récréation
vign1_DSCN3324

partage


vign1_DSCN3313

jeux


vign1_DSCN3319

commerce


vign1_ganki4_manguier

les manguiers poussent dans la cour

des élèves de Dan Gao
Vign_lettre_
Lettre reçue par l 'association Mata Zankaï Niger.
Avril 2012.
Dan Gao la suite...
Rentrée scolaire 2013
vign1_CIMG8689
315 élèves cette année.
Récréation
vign1_CIMG8688
Le mur de clôture est achevé
La cour de l'école
vign1_CIMG8678
Maintenant les enfants peuvent jouer et courir en toute securite.
Les marchandes
vign1_CIMG8720

vign1_CIMG8702
Les arbustes qui  devenant des arbres protégeront un peu de l'ardeur du soleil
au premier plan..
vign1_CIMG8692
Ce petit arbre protégé est couramment appelé "étagère".
Photo de groupe
vign1_CIMG8698
Difficile de garder la pose!
 
► POUR FINANCER 
LES PROJETS : 
FAITES UN DON. 


Nom, Prénom :………………………………………………….. 

Adresse : ……………………………………………………. 
……………………………………………………. 
……………………………………………………. 
Téléphone : 
Fixe……………………………………………….. 
Mobile…………………………………………….. 
Adresse @ : 
…………………………………………………….. 

A adresser à l’ordre de Mata Zankaï-Niger : 34 chemin des Petites Combes 84420 Piolenc 

Les sommes versées aux 
associations humanitaires 
sont déductibles des
impôts selon un barème 
défini : 
Ex :Pour 100 Euros donnés ,
66 Euros sont déductibles 
Un certificat de déduction
 fiscale vous sera adressé. 
Notre budget de 
fonctionnement annuel est de
 l’ordre de 15.000 Euros,
 dont 7.000 Euros pour 
les dépenses incompressibles
 d’envoi de container. 
Avec 100 euros, 1000 cahiers 
et stylos.
 Les frais de déplacements 
(billets d’avion) sont à
 la charge des participants
 aux missions. 

► POUR PARTICIPER A NOS ACTIONS : ADHEREZ A L’O.N.G : 

Nom, Prénom :………………………………………………….. 

Adresse : ……………………………………………………. 
……………………………………………………. 
……………………………………………………. 
Téléphone : 
Fixe……………………………………………….. 
Mobile…………………………………………….. 
Adresse @ : 
…………………………………………………….. 

Cotisation annuelle de 15 Euros. 
A adresser à l’ordre de Mata Zankaï-Niger : 34 chemin des petites combes 84420 Piolenc
Avril 2012
Bibata
vign1_img_1633
et le personnel  du CSI de Mouléré.
MOULERE
vign1_paillotte
La paillote et l 'arbre sous lequel les patients sont soignés
© 2011
Créer un site avec WebSelf